Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert king

  • The Good Fight (Saison 1) L’art exquis du spin-off

    the good fight,saison 1,critique,the good wife,cbs,michelle king,robert king,rose leslie

    Quand on parle de spin-off, on pense à une suite de ratages industriels produits par des chaînes en manque d’idée, qui prolongent, étirent, rebootent même, mais ne créent plus. Dans cette mer de mauvais choix, The Good Fight brille par sa singularité.

     

    Dérivé de la sublimissime The Good Wife, The Good Fight est un spin-off cas d’école. Au delà d’une paronomase bien trouvée, la série-fille hérite amplement des traits de la série-mère. On oublie  l’héroïne Alicia, son clan, ses obsessions pour offrir la part belle à Diane, l’associée charismatique du cabinet juridique. Le reste est là, identique ou presque. La réalisation inspirée, la qualité d’écriture, l’art minutieux du personnage.

    La série débute début 2017. Au moment du discours d’investiture de Donald Trump. Diane est seule, face à sa télévision, dans un vaste appartement plongé dans l’obscurité. Elle écoute les mots répétés du nouveau président américain, la mine défaite, sans un mot. Puis elle se lève. Elle éteint tout. Cette introduction est une image. Diane est prête à changer de vie. Elle part en Provence acheter une villa en vue de sa retraite anticipée. Elle investit, informe sa firme de son départ, organise une soirée d’adieu. Elle passe même le relai à sa filleule chérie, Maia, riche héritière du clan Rindell, qui, fraichement diplômée du barreau, rejoint le grand cabinet de The Good Wife, Lockhart & Gardner. Ici rien n’a changé. Le mauvais caractère de David Lee, la bizarrerie du vieux Lyman. Tout, à l’exception d’une dizaine d’associés et du nom à rallonge de la société. Diane a réussi à créer un empire. Elle s’apprête à le quitter mais un scandale financier éclate. Elle perd tout. Son meilleur ami, le père de Maia, est poursuivi pour être l’auteur d’une immense chaîne Ponzi, à la Madoff. Elle est seule, lâchée par ses pairs et son entourage. Diane doit recommencer. Rester dans la loi.

    the good fight,saison 1,critique,the good wife,cbs,michelle king,robert king,rose leslie

    L’introduction de The Good Fight est doublement grandiose. Toujours chez Robert et Michelle King, on retrouve cette intelligence au cordeau, sans esbroufe, aux antipodes du babillage rasoir de la prêtresse Shonda Rhimes. Comme The Good Wife et Braindead, The Good Fight montre tout plutôt qu’elle ne dit. Elle ne souligne rien, elle excelle dans l’art du personnage. Vite oubliés les pontes de The Good Wife, les protagonistes ici sont aussi remarquables, toujours forts, authentiques, jamais manichéens, comme Maia (Rose Leslie, bien plus épatante que Game of Thrones) ou encore Lucca, l’ex-stagiaire charismatique de Diane.

    En deux heures, The Good Fight montre son habileté à repartir de zéro, à créer un nouvel univers, pourtant inextricablement lié à son modèle passé. Ici, les anciens personnages errent comme des fantômes, on les évoque comme des souvenirs, ils existent, ils ne sont pas des créations. The Good Fight brille par sa confrontation avec le réel. Une entrée en matière hyperréaliste, où le fond est mené, malmené, tambour battant, par la misère et la méfiance qui règne, les extrémismes qui gagnent, les crises communautés. La fin de l’insouciance. Diane se retrouve comme Alicia, aux grands débuts de The Good Wife. Elle recommence. Elle doit faire face à un milieu qu’elle ne connaît pas (une firme d’avocats afro-américains).

    Plus engagée encore, The Good Fight s’exprime aussi par un féminisme  exquis, une tête d’affiche de trois femmes puissantes, d’origine et d’âge différents, unique dans l’industrie des séries. Et cette élégance, toujours. Le style King que l’on devine à chaque air, chaque mouvement étudié de caméra, dans un raffinement total. A commencer par ce générique frappant. Une séquence pendant deux longues minutes durant laquelle des objets éclatent, explosent, finissent en mille morceaux sur des notes belliqueuses, à l’image du monde. C’est en cela que The Good Fight est magnifique, comme la série-mère. Elle démontre sa maîtrise haletante, son énergie implacable, son scénario si ficelé qu’il prouve une bonne fois pour toutes qu’un spin-off peut être une idée de génie. Plus qu’une idée, une série immanquable.

    10/10

    the good fight,saison 1,critique,the good wife,cbs,michelle king,robert king,rose leslie

    Lien permanent Catégories : Critiques, The Good Fight Imprimer Pin it!