Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mike schur

  • The Good Place (Saison 1) Le sens de la morale

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Dans The Good Place, le paradis n’existe pas. Non. Mais le bon endroit, oui. Un lieu pacifique et merveilleux où les altruistes, les bienveillants, les généreux, les humanistes se retrouvent après la mort.  Un endroit haut en couleurs, fleuri comme une ville olympique, faste et peuplé de petits commerces de yaourts glacés -dessert élu préféré par les bonnes personnes.

     

    Parmi eux, Eleanor Shellstrop (Kristen Bell) vient d’arriver, tout juste décédée. Elle découvre ce bon endroit par l’entremise de Michael, un architecte à qui l’on vient de confier le design de ce village. Eleanor visite les lieux, sa maison à la décoration minimaliste islandaise et ornée de tableaux de clowns et découvre son âme-sœur, un professeur d’université d’origine sénégalaise qui a le cœur sur la main, comme tous les autres ici. Parce que seuls les Prix Nobel de la Paix sont admis au Bon Endroit. Pourtant, avec Eleanor, l’administration a fait une erreur. Elle n’est pas l’avocate du couloir de la mort que l’on croit, elle n’a pas effectué de mission humanitaire en Ukraine. Il y a erreur sur la personne. A l’inverse, Eleanor est une égoïste doublée d’une alcoolique notoire, vulgaire et malhonnête, qui gagnait sa vie en refourguant des médicaments placebo à des troisièmes âge.

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Créée par Michael Schur, dont le héros reprend subtilement le prénom, à qui l’on doit les meilleurs compositions comiques de ces dernières années, The Office dans l’écriture, Parks & Recreation ou encore Brooklyn 99, The Good Place avait tout pour ne pas foirer sa copie. Le résultat est à la hauteur des attendus,  The Good Place est une comédie joliment atypique et touchante, qui souvent vise juste. En décor de fond, la série remet en perspective les notions philosophiques et religieuses du bien et du mal. Ce qu’est le sens de la morale, ce qu’est aussi la rédemption. Parce qu’Eleanor compte bien rester au bon endroit, seul lieu paisible après la mort où les gens sont triés au volet selon leurs bonnes actions passées ; les autres vivant en enfer ou équivalent chaud et bruyant.

    The Good Place brille avant tout par cette écriture empruntée et son concept cathartique efficace, qui jamais ne se retourne contre lui. En brassant ces thèmes spirituels, ces concepts sur l’homme et son éthique, la série fait penser à Samantha Who ? ou à l’une des créations délirantes de Bryan Fuller dont l’univers coloré, guilleret et hautement sincère est ici clairement affiché. En prime, Kristen Bell retrouve un rôle fort, à sa hauteur de jeu, depuis l’ère Veronica Mars. Elle incarne cette héroïne aussi médisante qu’attendrissante, une héroïne qui se plaît à grimacer, pester, bouder avec tendresse, et son duo formé avec Ted Danson affriolant de dandysme est le tandem idéal pour cette petite utopie gentiment acide.

    9/10

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Lien permanent Catégories : Critiques, The Good Place Imprimer Pin it!