Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

love

  • Love (Saisons 1 et 2) Amour et égarements

    love,saison 1,netflix,gillian jacobs,judd apatow,paul rust,critique

    Love est une série aussi simple que son titre. Une histoire d'amour entre deux personnages que tout oppose. Son plus ? L'esprit Judd Apatow.

     

    On en attendait beaucoup de Love, la troisième comédie de Netflix qui continue son succès auprès de l'hilarant Kimmy Schmidt et l'intelligent Master of None. Après Tina Fey et Aziz Ansari, il faut à Netflix une pointure comme Judd Apatow. Le cinéaste est ici accompagné de Paul Rust (et sa femme, Lesley Arfin), ensemble ils racontent l'histoire entre Mickey, une programmatrice de radio désabusée, aux addictions alcooliques et sexuelles, et Gus, un professeur particulier d'une jeune actrice de série télé, un type riche en bonhomie, drôle et maladroit, passionné par les bandes originales de films qui n'en ont pas et que lui compose avec sa bande de copains, tout aussi dork que lui.

    love,saison 1,netflix,gillian jacobs,judd apatow,paul rust,critique

    La série reprend là où Hello Ladies s'était malheureusement arrêtée sur HBO. Quand le célibataire ringard parvient enfin à conquérir la jeune fille populaire. Sauf qu'entre Hello Ladies et Love, il y a un monde. Pas de cruauté chez Love, de cynisme féroce, de désenchantement acharné. Seulement cette peur tenace de l'engagement.

    Ici, dans les rues de Los Angeles, tout est vif et sincère. De ces deux personnages qui ne s'aiment pas au même moment, Mickey qui s'indiffère de ce pauvre type, Gus qui s'accroche, qui accepte de sortir avec la colocataire candide, qui arrive toujours trop tôt aux rendez-vous donnés, qui abîme toujours plus son amour-propre. Et puis tout à coup l'inverse. La redistribution des rôles. C'est ce qu'il y a de plus beau dans Love, cette façon d'être dans les deux camps, cette quête impossible et désavouée de la relation amoureuse, quand l'autre n'est plus là. Quand l'intensité disparaît sous terre. Mickey (Gillian Jacobs, tout aussi sarcastique que dans Community, l'air froncé et le fond tragique en plus) méprise de façon détestable Gus, elle a un réseau, une popularité intouchable, une façon de se frayer un chemin, de s'engueuler avec n'importe qui, de se moquer du premier venu et, pourtant, tout bascule sous nos yeux.

    Après des débuts assez indigents, Love a réussi à mener son rythme. Ses personnages s'étoffent au fil des épisodes, le gentil garçon moche prend de l'ampleur, un peu d'égo, du caractère et beaucoup de dérision, tandis que la belle montre sa fragilité. Si parfois la série s'encombre d'historiettes et de personnages inutiles (les collègues ou les voisins complètement ratés), la série excelle dans l'art du personnage principal. Ses deux héros sont des individus aussi ordinaires qu'imprévisibles. Leur ambivalence s'accroche avec allure au style Apatow dont la musique est sans cesse désillusionnée et mélancolique.

    D'une saison à l'autre, Love décrit ainsi cette histoire tumultueuse qui se construit, se perd, se retrouve, entre des rendez-vous vains, des personnages en double-file, des occasions manquées et puis quelque fois, cette promesse au loin. L'ensemble n'a pas la profondeur des meilleurs épisodes de Girls ni l'ambition comique d'Hello Ladies mais elle reste une dramédie habile aux personnages sincères. Ces héros gentiment banals, en proie à la solitude, festonnés de failles, de démons intérieurs et de carences affectives. On les soutient et on les juge, parce qu'ils nous ressemblent.

    8/10

    love,saison 1,netflix,gillian jacobs,judd apatow,paul rust,critique

    Lien permanent Catégories : Critiques, Love Imprimer Pin it!
  • What the fuck with the L fuckin' Word ?

    Let’s do it (let’s fall in love)
    E-foule, hugh, Clémentine’s speaking. Guess what : avec le e-husband, que dis-je l’e-soulmate, le Maître du E-Monde (paraît-il), on partage tout. Même l’e-home. Une mission (l’homme est  despotique) : causer séries.
    Tu peux me croire, ce n’est pas forcément chose aisée lorsqu’on a l’habitude de digresser pants, exfoliants & trash TV, surtout sur ce bloug à la pointe de la hyp-itude sérielle (you know that).

    Va falloir de la critique constructive, de la review persuasive, du verbe acerbe et l’œil affûté, tiens-toi prête e-foule : today on blablate about le L word, everybody’s gay in L.A. Qui est juste une série killeuse de génitrice qui kick les ass, vraiment. Et ça devrait suffire à te convaincre.

     

    D’une, la bête te présente une B.O à la pointe, du Tigre à The Organ, la plupart des épisodes débutant par un morceau choisi (et une scène hot, ce qui ne manquera pas de te convaincre). Tu trouveras même du Iron & Wine, qui sont un peu le groupe officiel du monde sériel, y a même FNL (saison 1) qui utilise du Jezebel – morceau qui te fait instantanément fondre en larmes à l’intérieur de toi-même, even if tu piges pas de quoi ça parle.

    Mais je t’entends e-foule contrariante, t’es en train de me dire que la musique fait partie intégrante des séries en général, te-ma privileged 1x01, ne commence-t-on pas avec cette douce mélodie qu’est Love Today ? One tree hill fait mieux encore avec du Pete des Fall Out Boy qui pécho la blonde, so pourquoi tu viens nous les briser avec le monde du L ?

    Je t’explique : quand je te dis à la pointe, je ne me fous pas de toi. T’y trouveras du Marianne Faithful, du Joseph Arthur, Peaches, Broken social scene, Ella Fitzgerald & of course quelques belles apparitions musicales de groupes foncièrement gay friendly (& being); ce qui n’est qu’un échantillon (cours).

    Ensuite, les personnages sont canons. Cherche pas, c’est toujours un bon argument : ce qui est beau est bon.
    Au-delà de la question du packaging, tu veux que je te narre e-mec ?

    Let’s go, je te narre. Au commencement, tu trouves Bette « flashdance » Porter (qui est juste carrément trop gorgeous), in love avec Tina « molle du genou » Kennard (so boring) : l’éclate, le total love & l’ennui intersidéral, le pic d’adrénaline du couple se situant au moment du choix du prénom de l’éventuel bébé pointant son nez (on passe les explications du pourquoi du comment cher lecteur, en 2008 tu t’informes all by toi-self, sanx). Bébé qui par ailleurs soulève la question communautaire et un so unfair « moi, qui suis métisse, je comprends mieux que toi la future discrimination de ma fille, sale blonde ».  T’as aussi Alice sexy Pieszecki, qui est simplement l’incarnation de la funky-tude la plus totale, créatrice d’Ourchart (une version revisitée de la théorie des six liens, ou comment prouver que nous avons toutes plus ou moins couchées indirectement ensemble) et amoureuse intermittente – dont une histoire avec sa BFF Dana Fairbanks, tenniswoman pas encore sortie du closet qui finira par agoniser d’un cancer alors même qu’elle avait largué Miss Funky pour une sombre Lara, cuistot de son état (tout se paie).

    Puis t’as Shane « insassiable » Mc Cutcheon, qui est probablement reliée à toutes les chicks de la planète (pour te situer, ami straight, Shane est le Tim Riggins du L word, you know what I mean).

    Et sache que même toi, n’ayant pas encore obéi à K. Perry et kissé des girls (sans déc, QUI résiste à K.Perry ?!), tu succombes à Shane. T’y succombais déjà un peu dans « young americans » à l’époque (l’addiction sérielle est ancienne), le personnage a un truc.

    Bref, t’as compris, c’est un peu mon personnage phare de la série, ex-æquo avec Alice (qui est TROP funny).

    the-l-word.jpg

     

    Tu tomberas aussi sur Kit « Jacky Brown » Porter, sœur de Bette, l’argument hétéro/straight de l’univers L word et tenancière du QG lesbien de L.A (et accessoirement toujours un peu borderline ; ce qui nous vaudra des instants quasi-jouissifs en Kit vs. Dawn Dembo and her lover, Cindi, saison 5).

    Puis – contrainte d’en causer – y a forcément celle à qui tu voudrais faire manger des barbelés : Jenny Schecter. Insupportable de mièvreries, même le son de sa voix, la moindre de ses mimiques sera une torture. Et même si au fond de toi, tu t’es attachée. Jenny, le personnage sidéralement psychopathe, qui débarque toute straight avec Tim (joué par le boss de Betty Suarez, so not sexy in da role, et a qui l’on a métaphoriquement coupé le phallus) puis fall sexuellement in love avec une femme iceberg – Marina. Subséquemment, elle devient une lesbienne affirmée et se fait couper les cheveux (wouhou). Tout ça pour finir par écrire – dans la saison 2 si je ne m’abuse - un bouquin egotrip + vie du neighbourhood (qui la haïra copieusement plus tard, du coup), qui évidemment sera adapté au cinoche au cours de la saison 5 et lui permettra de se taper l’actrice principale de son film (Nikki). A qui elle demandera par ailleurs – n’ayant manifestement pas fait le deuil du phallus – de porter un god ceinture (c’était bien la peine, toutes ces histoires). Sachant qu’elle avait également fait tourner en bourrique Max. Max, qui était une fille et qui voulait être un homme. Et qui avant la surgery sortait donc avec des filles. Max était straight dans sa tête. Puis, Max a eu les hormones et la surgery. C’est là qu’il a été attiré par les hommes. Max (qui est un gens de série trop d’la ballesque e-foule, j’te promets) souffre de la – je cite – « same sex attraction ».

    Pendant ce temps-là, Bette aura cheaté avec une mécanicienne, Tina se sera barrée avec un homme, Shane aura trouvé puis abandonné sur les marches de l’autel l’Amour (les spectateurs vivant désormais dans le seul et unique but de revoir ledit Amour : Carmen), Alice se sera entichée d’une militaire (une vraie, une ex de l’Aïrak ; ce qui soulèvera la question bien épineuse de l’homosexualité dans l’armée ricaine – no « homosexual contacts » allowed, remember) et sera devenue une superstar de la radio (sanx to les débuts podcast), puis apparaîtra dans une émission TV où elle aura pour mission de ragotter sur les people (tu piges pourquoi je la sur-aime ?). Bette, esseulée, rencontre une sculptrice sourde, le public y croit, puis finira par la tromper avec Tina (toujours boring), revenue du pénis time.

    Je t’épargne les personnages gravitant autour de tout ce joyeux bordel, mais c’est du lourd. Sache seulement que Shane a trouvé l’amour & les ennuis avec (dont une pyromane), et finit par faire dévier du toujours straight chemin la fille de la doyenne de l’université où exerce Bette (doyenne ayant elle-même mis fin à son mariage pour aller batifoler avec une avocate), ce qui t’apprend accessoirement que dévier du straight chemin n’est pas toujours easy-easy (dans la saison 5, peut-être un peu too late). Sauf qu’évidemment, la doyenne n’est que modérément d’accord pour que sa fille promise à un brillant avenir batifole avec une fille, a fortiori une fille faisant partie de la plèbe. Et donc Shane est toute torturée. C’est pourquoi, dernier épisode, elle couche avec Nikki, la re-sta de Jenny.

    See ? Toutes liées, CQFD.

    L_Word_2004_5.jpg

      

    Lien permanent Catégories : Critiques, The L Word Imprimer Pin it!