30/11/2012

Vampire Diaries (Saison 3) La saison du désordre

vampire-diaries-season2-poster-02.jpg

Cher journal, avec mes courtisans vampires et mon équipe de sidekicks, je pense être sortie indemme de la malédiction de la saison 2. Après des reines vampires égocentriques avides de vengeance, des créatures à poils, des reconversions inattendues, cette année aura été plus dense mais aussi plus désordonnée. Je me demande bien si je ne vais pas finir par vouloir un peu de répit.

 

Entre la fin de la seconde saison de Vampire Diaries et ce retour en fanfare, rien n’a changé. Les impasses de nos héros en proie au mal, surtout celui de l’amour et de l’envie, sont intactes et les dangers vampiriques se multiplient, avec l’arrivée des Originals et de l'emblême du mal dans l’univers du triangle amoureux. Mais il est toujours appréciable de voir une série poursuivre une direction narrative ambitieuse, sans recours aux facilités de coupure et aux ellipses. Et si Vampire Diaries est une série jeunesse à ne jamais prendre au sérieux, le show de la CW  a montré plus d’une fois sa solidité de fond et sa grande maîtrise de l’intrigue.

Encore une fois, la série fait donc preuve d’un vrai sens scénaristique en s’ouvrant sur des épisodes construits, amenant du renouveau. Toujours enlevée, la série enchaîne les coups de théâtre et les rebondissements avec une frénésie à rendre jaloux les grandes séries molles des networks. Très vite, les personnages se multiplient (Esther, Rebekah, Kol, Elijah), la galerie prend de l'ampleur, quitte à parfois rendre les histoires confuses et trop vite avortées.

Tout ce festival gage d'une une vraie nouveauté narrative à la série permet la cadence et ce rythme fantastique caractéristique de ses grands débuts. Mais le renouveau n'est pas bon, les nouveaux pistes amoureuses ennuient, les comebacks de personnages lassent un peu (ce pauvre Jeremy), tandis que les storylines des personnages phares demeurent les plus convaincantes, les relations de Jeremy et Elena, de Caroline et Tyler, se révèlant encore une fois les plus maitrisées. Belles émotions, quelques cliffhangers de goût, répliques drolatiques de Damon qui n'a jamais été aussi délicieux qu’en vampire ambigu écarquillant les yeux.

 

Soignée dans la forme, malheureusement moins percutant sur le fond, Vampire Diaries reste une série jeunesse jubilatoire et bien menée, dont la dernière saison est à découvrir dès à présent en DVD ou sur Avant-Premiere, le nouveau dispositif de Warner, idéal pour suivre en temps réel les péripéties de nos héros fétiches.

6.5/10

Elena-et-Damon--The-Vampire-Diaries-Saison-2.jpg