Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Divorce

  • Divorce (Saison 1) Les dents dures

    divorce,saison 1,hbo,sharon horgan,sarah jessica parker,critique

    Sarah Jessica Parker divorce. Celle qui a été l’éternelle amoureuse, Carrie Bradshaw, la romantique transie pendant six ans sur HBO, joue de l’autre de côté du miroir. Une femme infidèle bien décidée (ou non) à rompre tout lien conjugal avec son mari.

     

    Cette nouvelle production de HBO avait l’allure idéale pour le retour de la dramédie HBO. Après des essais ratés, Looking ou bien Togetherness, le succès n’est pas encore au rendez-vous. Parce que Divorce, série domestique par excellence, souffre de cette image de comeback tant attendue collée à son héroïne. Divorce raconte la trajectoire de plusieurs couples. Au contre, celui de Frances et Robert Dufresne mariés depuis toujours, deux ados, une maison en banlieue, portrait de famille ordinaire. Mais le portrait s’abîme lorsque Robert apprend l’infidélité de sa femme galeriste avec un faux-français. C’est ainsi que les ennuis commencent. Avec eux, les défauts de la série.

    A commencer par ce couple, un duo amorphe et vite antipathique. Un binôme gentiment vachard mais sans profondeur et dont les tactiques de guerre laissent de marbre le spectateur. Malgré la dynamique autour du divorce, sujet éminemment profond et drolatique, ce couple est d'autant plus insipide qu’il est entouré d’une galerie d’amis simplement nulle, des personnages secondaires sans fond et excessivement poussifs (ou la grande déception faite Molly Shannon). La série est à l’image de cette scène d’anniversaire inaugurale, scène où les couples se vautrent tous dans l’hystérie, option arme à feu et cadeau canin. Résultat, d'épisode en épisode, la série rate son équilibre, trop souvent jouée, jamais laissée à l’air libre comme si elle craignait de s’orchestrer seule.

    divorce,saison 1,hbo,sharon horgan,sarah jessica parker,critique

    Parker, l’actrice qui a ouvert la voie à un nouveau genre d’héroïne à la fin des années 90, avait pourtant raison de se réjouir. Aux commandes de cette série, Sharon Horgan, inconnue ou presque outre-atlantique, est pourtant une showrunner hors-pair et une actrice-scénaristique maligne en Grande Bretagne. Après Pulling, la créatrice s’est faite doublement encensée par sa brillante série anglaise, Catastrophe, toujours en diffusion,  qui raconte une histoire sans lendemain devenir sérieuse à coup de grossesse inattendue.

    Le crédeau, ici, est le même. Les relations amoureuses, les petites frustrations du couple, la solitude et les mesquineries. Autant d’obsessions quotidiennes chez Horgan qui jubile lorsqu’il s’agit de montrer les petites faiblesses de l’homme -et de la femme qui toujours en prend pour son grade-, bien loin des archétypes comiques de Sex & the City. Mais Divorce est une recette plate, un monde sans monde. Une histoire de famille banale et faible, plombée par ses deux protagonistes. Lui, est ronchon, renfrogné, boudeur. Il porte une moustache sans ironie. Il parle en grommelant. Elle, est éteinte. Le teint gris, comme les paysages de la série, l’allure défaite, la petite vengeance au bout des lèvres et la petite malice de Bradshaw à des années lumière.

    Si l’ensemble est terriblement fade et insipide, Divorce agace bien plus. Parce que la série est trop souvent cantonnée à des scènes ménagères caricaturales mais dont le potentiel est là, implicite, enfoui dans la neige de Staten Island. Un potentiel parfois révélé au détour de quelques répliques domestiques bien senties, de moments choisis, fins et astucieux, dont Sharon Horgan a habituellement le secret. Un début peu augural pour la géniale anglaise.

    5/10

    divorce,saison 1,hbo,sharon horgan,sarah jessica parker,critique

    Lien permanent Catégories : Critiques, Divorce Imprimer Pin it!