Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • The Girlfriend Experience (S1) Celle que vous croyez

    the girlfriend experience,starz,critique,saison 1,steven soderbergh,riley keough

    Après la très attendue et tout aussi décevante Flesh & Bones, Starz, souvent habituée des productions ratées, lance sa nouvelle série, The Girlfriend Experience. Adaptée du film éponyme de Soderbergh avec l'ex-actrice porno, Sacha Grey, la série pourrait être enfin la relève charismatique tant souhaitée.

     

    C'est l'histoire la plus vieille du monde, son métier bien entendu aussi, passé entre les mains perverses de tous ; de Balzac, Zola à Despentes ou Palanhiuk en passant par les écrans, de Jeune & Jolies d'Ozon à The Secret Diary of a Call Girl avec Billie Piper. La prostituée revient attirer les foules, avec son lot de mystère imprenable, de charisme et de sensualité intime. Dans The Girlfriend Experience, elle s'appelle Christine.

    the girlfriend experience,starz,critique,saison 1,steven soderbergh,riley keough

    A l'image de Jeune & Jolie, Marina Vacht aussi fantastique qu'impérieuse, la série repose sur les traits intrigants de son héroïne, vamp idéale, joli minois et plastique infaillible, yeux de biche et chevelure aguicheuse. Plus qu'un physique, la jeune fille est un mystère, étudiante en droit plutôt douée, employée d'une grosse boîte juridique de Chicago, endettée par ses prêts étudiants, attirée par l'idée de la prostitution qu'elle fantasme de façon romantique et branchée. Indépendante, dont la froideur est palpable, Christine Reade, jouée par Riley Keough, petite fille d'Elvis Presley, est une fille contradictoire. Jeune fille de trempe, libre et rude, pratiquant une sexualité décomplexée, souvent anonyme, Christine cherche pourtant la soumission, ce jeu de pouvoir infime qui se niche dans chaque rapport à l'autre, soucieuse de plaire, de répéter les bonnes phrases aux bonnes personnes, dictée par son amie qu'elle croit, elle, sur paroles. Epoustouflée par le monde des affaires, les figures de poigne, Christine va accepter de basculer dans un monde assommant de cruauté dirigée par la main -perverse, encore- de l'homme. Ce qui lui plaît, à Christine, c'est de pouvoir gravir les échelons, gagner en stature, en poids. Très peu une question d'argent, bien que cela contribue au confort et au nouvel appartement spacieux en plein Chicago, mais une façon cynique et désabusée de se faire confiance parmi les requins afin de pouvoir un jour, elle aussi, jouer aux grands prédateurs.

    Dans un style aussi sec que froid, The Girlfriend Experience est une immersion pure dans une société ultramécanisée, ultradétachée, dominée par la hiérarchie et l'appât du gain où chacun tente de faire sa place, de grignoter du capital. La narration est aussi dénouée, lente que son héroïne, désabusée et chancelante, dont l'ambiance implacable rappelle les meilleurs romans de Bret Easton Ellis. Aussi contemplative que son héroïne, la série ne juge pas, ne condamne jamais son héroïne qui ne fait qu'écouter les autres, ses clients, noter qui ils sont sur des fiches mémos d'Iphone. La série fait la même chose, manifeste dans son goût pour l'épure et de sa liberté créative. Comme un soutien, la série, jamais racoleuse, jamais sous ou surécrite, tient son personnage féminin comme une cheville dans ses choix périlleux, ses dérives, ses laissez-passer, elle la suit perpétuellement à quelques mètres, derrière elle, toujours, dans ses couloirs d'hôtels indissociables, sans visage, sans empreinte, où Christine suit des inconnus, montée sur ses talons de luxe.

    9/10

    the girlfriend experience,starz,critique,saison 1,steven soderbergh,riley keough

    Lien permanent Catégories : Critiques, The Girlfriend Experience Imprimer Pin it!
  • The Mick (Saison 1) Famille, ce fardeau

    the mick,saison 1,fox,kaitlin olson,dave chernin,john chernin,it's always sunny in philadelphia

    Si le paysage sériel est d’humeur morose, que les reboots pullulent et que les cérémonies de prix se mettent à récompenser des programmes souvent fastidieux, une petite nouveauté vient égayer l’ensemble. Elle s’appelle The Mick, elle est une comédie petit format diffusée sur la FOX. Et elle est l’opposée de ce que l’on peut bien imaginer.

     

    The Mick raconte l’histoire de Mackenzie Murphy, une quadra vulgaire, alcoolique et mal fagotée qui, du jour au lendemain, se voit contrainte de s’occuper de ses neveux, des petits bourgeois méprisants après que leurs parents aient fui leur contentieux fiscal et, par la même occasion, le pays. On imagine facilement le décor d’une telle aventure. Un choc de deux mondes que tout oppose, où le rire pincé du nanti est malmené par la grimace grossière du prolo.

    Le résultat est à peu près ça. Sauf qu’il est terriblement jouissif et astucieux. La raison évidente est que les créateurs de la série, John et David Chernin, ont de l’expérience à revendre. En matière de saynètes farfelues, exagérément poussives et crétines à souhait, le binôme sait faire. Scénaristes depuis des années de la comédie culte It’s always sunny in Philadelphia, les Chernin ont une expertise noble, ajoutée à ça, un atout de poids : l’actrice de la comédie FX, Kaitlin Olson.

    the mick,saison 1,fox,kaitlin olson,dave chernin,john chernin,it's always sunny in philadelphia

    Bien sûr, la liberté narrative n’est pas la même sur FX que chez la FOX, chaîne publique convoitant davantage les télé-réalités culinaires que les séries ambitieuses. Pourtant, le ton est trouvé dès les premières notes. Le décor, bien campé, les personnages, encadrés. Evidemment, The Mick ne défend rien. Elle ne porte pas grand-chose. Mais une énergie d’ensemble se dégage de cette série gentiment irrévérencieuse, où le portrait de famille est délicieusement écorné.

    Trois enfants, une adolescente peste et maligne, un pré-ado propre sur lui et le benjamin innocent, font face à cette tante sans éthique qui occupe tout l’espace. Si les enfants s’en tirent avec justesse, que les personnages secondaires ont du mordant, de la voisine obséquieuse à la grand-mère tyrannique en passant par la domestique naïve, la série doit tout à son héroïne. Un personnage féminin déglingué et sans moral, habituellement rarement au centre de la scène. Mackenzie, cette femme aussi irresponsable que foutraque, est exquise, jouée avec une belle nonchalance égoïste et rappelle surtout les plus belles prestations féminines en matière d'antihéroïne, de Sweet Dee à la si regrettée Old Christine.

     

    The Mick est une nouveauté faussement modeste, injurieuse et joliment sotte, une série familiale qui gifle les enfants autant qu’elle abîme les adultes.  

    8/10

    the mick,saison 1,fox,kaitlin olson,dave chernin,john chernin,it's always sunny in philadelphia

    Lien permanent Catégories : Critiques, The Mick Imprimer Pin it!