Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • American Crime Story - The People v. O.J Simpson (S1)

    american crime story,saison 1,fx,ryan murphy,oj simpson,cuba gooding jr,david schwimmer

    La nouvelle anthologie de FX, dérivée de la tristement célèbre, American Horror Story, enchaîne les records d'audience et les avis élogieux. Plutôt mérité pour une série aux débuts prometteurs.

     

    Après Screem Queens, encore douloureux pour beaucoup, American Crime Story est la dernière production de Ryan Murphy et, peut-être, un retour aux sources. Balisée de toutes parts, au marketing redoutable et à la recette aussi réfléchie que percutante, American Crime Story ouvre son volume en reprenant l'un des faits divers les plus incontournables de l'histoire américaine : le procès de la star du football, O.J Simpson, accusée puis finalement acquittée du meurtre de son ex-femme Nicole Simpson.

    Pour une histoire aussi culte, la production n'a pas lésiné sur les recrues. Sarah Paulson, John Travolta, David Schwimmer, Connie Britton , Selma Blair, et Cuba Gooding Jr dans le rôle titre. Si ces guest apportent en majeure partie à la série un charisme incontesté, la procureur jouée par Paulson est impeccable d'autorité, il faut parfois s'appesantir du jeu hystérique de Cuba Gooding Jr, visiblement en quête de sacre pour ce rôle. Ou pire encore, celui de Shapiro, l'avocat du footballeur, joué par un John Travolta désincarné, lifté comme une housewife du New-Jersey.

    american crime story,saison 1,fx,ryan murphy,oj simpson,cuba gooding jr,david schwimmer

    Pour autant, la série se déroule sous d'heureux auspices. Tout au long de la saison, des épisodes haletants, serrés, retranscrivent l'histoire de ce fait divers, ils la recrée parfois, l'amplifie, la joue surtout, superbement, dénués de cette ironie habituelle chez Murphy. Caméra profonde et ambiance sobre, Ryan Murphy a fait peau neuve. Ici, ce mégalomane accusé de tous les maux, tyran de starlettes susceptibles, profiteur, piètre créateur incapable  d'aligner deux bonnes saisons à la suite, montre qu'il reste un producteur à la vision redoutable. Preuve en est, American Crime Story retrace avec force une histoire connue et assénée depuis vingt ans sans jamais ennuyer. Sans tomber dans la redite.

    Au contraire, la série mise sur une poignée de personnages forts, ambitieux et passionnés et reconstitue l'histoire avec une précision dramatique, ne s'égarant jamais. Juridique, politique, cette histoire est aussi celle des riches et des puissants, des afros et des laissés pour compte. On retrouve bien sûr, par l'entremise de Robert Kardashian, avocat et ami proche d'O.J Simpson, quelques clins d'oeil appuyés au clan des Kardashians -les réalisateurs prenant un malin plaisir à montrer les bêtises de Kourtney et Khloé durant les funérailles de Nicole Simpson ou encore la chambre de Kim comme possible scène de suicide-. Mais plus que ça, la série recrée une époque à plusieurs visages, entre les conflits interraciaux du début 90, le traitement médiatique d'une star déchue et une enquête judiciaire complexe, suscitant à la fois l'indignation et le soutien de tout un peuple. Autant d'enjeux rassemblés et de pierres aussi fictionnelle qu'historiques.

     

    American Crime Story est une enquête de haute facture, rythmée, incisive, un récit à tiroirs, porté par des acteurs habités et un souffle dramatique retrouvé pour Ryan Murphy.

    8/10

    american crime story,saison 1,fx,ryan murphy,oj simpson,cuba gooding jr,david schwimmer

    Lien permanent Catégories : American Crime Story, Critiques Imprimer Pin it!
  • The Good Place (Saison 1) Le sens de la morale

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Dans The Good Place, le paradis n’existe pas. Non. Mais le bon endroit, oui. Un lieu pacifique et merveilleux où les altruistes, les bienveillants, les généreux, les humanistes se retrouvent après la mort.  Un endroit haut en couleurs, fleuri comme une ville olympique, faste et peuplé de petits commerces de yaourts glacés -dessert élu préféré par les bonnes personnes.

     

    Parmi eux, Eleanor Shellstrop (Kristen Bell) vient d’arriver, tout juste décédée. Elle découvre ce bon endroit par l’entremise de Michael, un architecte à qui l’on vient de confier le design de ce village. Eleanor visite les lieux, sa maison à la décoration minimaliste islandaise et ornée de tableaux de clowns et découvre son âme-sœur, un professeur d’université d’origine sénégalaise qui a le cœur sur la main, comme tous les autres ici. Parce que seuls les Prix Nobel de la Paix sont admis au Bon Endroit. Pourtant, avec Eleanor, l’administration a fait une erreur. Elle n’est pas l’avocate du couloir de la mort que l’on croit, elle n’a pas effectué de mission humanitaire en Ukraine. Il y a erreur sur la personne. A l’inverse, Eleanor est une égoïste doublée d’une alcoolique notoire, vulgaire et malhonnête, qui gagnait sa vie en refourguant des médicaments placebo à des troisièmes âge.

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Créée par Michael Schur, dont le héros reprend subtilement le prénom, à qui l’on doit les meilleurs compositions comiques de ces dernières années, The Office dans l’écriture, Parks & Recreation ou encore Brooklyn 99, The Good Place avait tout pour ne pas foirer sa copie. Le résultat est à la hauteur des attendus,  The Good Place est une comédie joliment atypique et touchante, qui souvent vise juste. En décor de fond, la série remet en perspective les notions philosophiques et religieuses du bien et du mal. Ce qu’est le sens de la morale, ce qu’est aussi la rédemption. Parce qu’Eleanor compte bien rester au bon endroit, seul lieu paisible après la mort où les gens sont triés au volet selon leurs bonnes actions passées ; les autres vivant en enfer ou équivalent chaud et bruyant.

    The Good Place brille avant tout par cette écriture empruntée et son concept cathartique efficace, qui jamais ne se retourne contre lui. En brassant ces thèmes spirituels, ces concepts sur l’homme et son éthique, la série fait penser à Samantha Who ? ou à l’une des créations délirantes de Bryan Fuller dont l’univers coloré, guilleret et hautement sincère est ici clairement affiché. En prime, Kristen Bell retrouve un rôle fort, à sa hauteur de jeu, depuis l’ère Veronica Mars. Elle incarne cette héroïne aussi médisante qu’attendrissante, une héroïne qui se plaît à grimacer, pester, bouder avec tendresse, et son duo formé avec Ted Danson affriolant de dandysme est le tandem idéal pour cette petite utopie gentiment acide.

    9/10

    the good place,mike schur,kristen bell,saison 1,critique,ted danson

    Lien permanent Catégories : Critiques, The Good Place Imprimer Pin it!