Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La rentrée series - Les drames, drames, drames

    gotham,forever,how to get away with murder,the flash,stalker,critique 

    Les séries pullulent. Partout, même sur des plateformes obscures. On les décompte avec peine, comme des motifs de tapisserie. Dans le lot, la rentrée des séries publiques. Entre Gotham, Stalker, How to get away with murder ou Madam Secretary, bilan de ce qu'il faut voir ou éviter.

     

     

    Jane The Virgin

    Encore une telenovela américanisée par les chaînes publiques. Comme Ugly Betty en son temps, ou Devious Maids récemment, Jane the Virgin apporte ce gage de folklore et de drôlerie qui adoucit le paysage télé. Pourtant, son histoire est abracadabrantesque, celle de Jane, une jeune femme prude et vierge (par principes) qui après une insémination accidentelle tombe enceinte. Pas de grossesse miracle mais une simple erreur digne d'une série vénézuélienne. Si Jane est le personnage principal typique, gentil, mais toujours sérieux, à l'image encore de Betty Suarez, c'est encore la galerie des personnages secondaires qui procure à la série son ton amusé et excentrique : une grande-mère catholique et une mère jeunette et ravagée, et puis cet homme séducteur, le père, marié à une femme machiavélique qui avec cet enfant espèrent tous deux réparer leur mariage. Déjanté sans être kitsch, amusant sans être parodique, Jane the Virgin est une série réussie et équilibrée, une sorte de nouveau soap, vestige de la telenovela dont elle déforme avec plaisir les codes et de la comédie romantique américaine, un mélange entre Ugly Betty et Pushing Daisies, dans la même veine comique. Assez originale et attachante pour être suivie de près chaque semaine, ou presque.

    8/10

    gotham,forever,how to get away with murder,the flash,stalker,critique

     

     

    Constantine

    Un nouveau chasseur de démons est dans la place. Plutôt un vieux, qui renaît de ses cendres, dix ans après un film sans intérêt avec Keanu Reeves dans le rôle-titre. A la télé, Constantine succède à Buffy, là encore quinze trop plus tard, paradant en look désabusé de rockeur anglais, tiré d'un shooting trendy. Ce décor poseur nuit totalement à la dramaturgie de la série tirée du comic Hellblazer dans lequel cet antihéros, John Constantine, combat avec drôlerie et arrogance le Diable et ses démons afin de protéger les âmes perdues. Dans un ton kitsch et maniéré, la série ne fait que macérer des storylines anciennes et recyclées, avec le même niveau d'effets spéciaux. Le résultat est daté, ennuyeux, on ne s'attache pas à ce personnage lisse et sans profondeur, et à son équipe de faire-valoir bien trop caricaturale, pire, on s'indigne sans en rire.

    2/10

    gotham,forever,how to get away with murder,the flash,stalker,critique

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Gotham, How to get away with murder, Red Band Society, Stalker, The Flash Imprimer Pin it!