Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bent (Saison 1) Coup de foudre en bleu de travail

bent,saison 1,critique,nbc,amanda peet,david walton

NBC a encore raté le coche. Avec sa nouvelle série, Bent, la chaîne du paon prouve qu'elle maîtrise moins les séries tout public que ses vertus élitistes. Médiocrement programmée (six petits épisodes diffusés par duo en trois semaines expédiées), Bent souffre d'une politique éditoriale désastreuse mais jamais de bonnes idées.

 

Un concept ultra-simple : un maçon, une avocate. Un point de vue antagoniste mais une attirance romantico-hystérique. Bent se résume à ça, petit cache-misère scénaristique sans prétention. Et pourtant, Bent ne baisse jamais les bras et convainc.

Dans ses idées, dans ses interventions, Bent la joue mignonne et affriolante. Mais c'est surtout sa modestie qui prime. Avec Amanda Peet, dans le rôle de la jeune avocate employeur, et David Walton (découvert dans 100 Questions), dans la peau du constructeur viril un brin miso, le tandem comique est osé, mais impactant. Energie farouche, alchimie brûlante, le duo de stars fonctionne à plein régime, à coup de répliques vachardes et de piques rarement délicates.

bent,saison 1,critique,nbc,amanda peet,david walton

 

Si le concept de Bent n'en est pas vraiment un, la mécanique de la série fonctionne. C'est aussi grâce au talent des sidekicks autour, campés d'un côté par des connaisseurs, Jeffrey Tambor (Arrested Development), J.B Smoove (Curb Your Enthusiasm), de l'autre, par des surprises, Margo Harshman (la Guerre des Stevens) et Jesse Plemons (Landry dans Friday Night Lights) et la jeune Joey King.

Le tout débouche sur une troupe originale, multigénérationnelle, qui grâce à une énergie commune, aux allants sympathiques et affables, permet d'établir le ton, entretenir cette atmosphère joyeuse et printanière. Constituée majoritairement par des saynètes sans parti-pris à sketch, Bent fait évoluer ses personnages dans un lieu de vie commun -les décombres d'une maison en rénovation- et ose toutes les alchimies, les complicités. Résultat, de l'humour plutôt fin, jamais absurde, des interactions, une ambiance.

 

Plus accessible que les comédies majors de NBC mais jetée aux lions par NBC, Bent est une série bien fichue, amusante et revigorante. Pour sûr, elle finira martyre de son temps.

7/10

bent,saison 1,critique,nbc,amanda peet,david walton

Lien permanent Imprimer Pin it!

Commentaires

  • Pas mal aussi, j'espere que la série sera reprise

  • Moi plutôt d'accord avec ta critique, mais je crois que Bent ne dépassera l'été !

  • C'est le moment idéal pour faire quelques plans pour l'avenir et il est temps d'être heureux. J'ai lu ce post et j'ai vraiment vraiment le sujet sur les gadgets.

Les commentaires sont fermés.