Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • WallPapers en Série

    30 Rock :

    30rock1.jpg picture by blabla-series30rock_plaza.jpg picture by blabla-series

    Brothers & Sisters :

    Brothers2020Sisters.jpg picture by blabla-seriesbrothers-and-sisters.jpg picture by blabla-series0000042467_20070907121307.jpg picture by blabla-series

    * Californication :

    calif.jpg picture by blabla-seriesSanstitre.jpg picture by blabla-series

    * Carnivàle :

    carnivale-1024x768f.jpg picture by blabla-series

    Damages :

    19144003.jpg picture by blabla-series 19144046.jpg picture by blabla-series 19144035.jpg picture by blabla-series

    Dead Like Me :

    deadlikeme3.jpg picture by blabla-seriess22.jpg picture by blabla-series

    * Deadwood :

    deadwood.jpg picture by blabla-series

    Desperate Housewives :

    DH.jpg picture by blabla-seriesdh06es0001mx1.jpg picture by blabla-series

    Dexter :

    dex.jpg picture by blabla-serieswallpaper1_1024x768.jpg picture by blabla-seriesDexter.jpg picture by blabla-series

    Dirt :

    1_12801024.jpg picture by blabla-series5_12801024.jpg picture by blabla-series

    * Divers :

    FondcranSries.jpg picture by blabla-seriesveronicagilmore.jpg picture by blabla-seriesHbo.jpg picture by blabla-series

    Friday Night Lights :

    FNL2.jpg picture by blabla-seriesFNL.jpg picture by blabla-series

    * Friends :

    friends_05.jpg picture by blabla-seriesFriends35.jpg picture by blabla-seriesfriends.jpg friends picture by blabla-series

    * Gilmore Girls :

    Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket  7.jpg picture by blabla-seriesGilmoreGirlss.jpg picture by blabla-series

    Gossip Girl :

    gossip.jpg picture by blabla-series gossipgirlcast001gg6.jpg picture by blabla-series

    * Grey's Anatomy :

     Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket greys.jpg picture by blabla-seriesgreysanatomyw8.jpg picture by blabla-series

    * Heroes :

    Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket heroes14.jpg picture by blabla-series

    How I Met Your Mother :

    himym01.jpg picture by blabla-series

    House, M.D :

    wallpapers5Ctelefilm5Cdr_house5Cdr_.jpg picture by blabla-serieshouse_md.jpg picture by blabla-series

    Lost :

    lost2.jpg picture by blabla-seriesLost.jpg picture by blabla-series

    Meadowlands :

    meadowlands_01_1280x1024.jpg picture by blabla-seriesmeadowlands_03_1280x1024.jpg picture by blabla-series

    My Name is Earl :

    earl.jpg picture by blabla-series

    Nip/Tuck :

    niptuck4.jpg picture by blabla-seriespromo6.jpg picture by blabla-series

    Pushing Daisies :

    pushing.jpg picture by blabla-series

    Oz :

    oz.jpg picture by blabla-series

    Rome :

    rome-tv-serie-usa-teleclub118315377.jpg picture by blabla-seriesrome.jpg picture by blabla-series

    Sex & The City :

    Sexthecity.jpg picture by blabla-series Sex_and_the_City_005.jpg picture by blabla-series

    Six Feet Under :

    sfu.jpg picture by blabla-series  sfu20saison205.jpg picture by blabla-seriesEverythingBeginsEverythingEnds.jpg picture by blabla-series

     * Tell Me You Love Me :

    tellmeyouloveme.jpg picture by blabla-series

    The Office :

    office-with-toby.jpg picture by blabla-seriesofficewallpaper41024pr8.jpg picture by blabla-seriesOffice-Cast-1024x786.jpg picture by blabla-series

    The Sopranos :

    family_dinner.jpg picture by blabla-series Tony.jpg picture by blabla-series

    The Wire :

    thewire.jpg picture by blabla-series

    Ugly Betty :

    uglybetty-1.jpg picture by blabla-series1280x960_ugb_cast.jpg picture by blabla-series

    Veronica Mars :

    vmpostcard3.jpg picture by blabla-series787512352_8b222590fb.jpg picture by blabla-seriesveronica.jpg picture by blabla-series

    * Weeds :

    Weeds.jpg picture by blabla-serieswallpaper.jpg wallpaper picture by blabla-serieswallpaper3_1024x768.jpg picture by blabla-series

     

     

     

     

    Lien permanent Imprimer Pin it!
  • Critiques ciné : du 15 juillet au 15 septembre

     Les Simpsons ***
    Egalant le niveau d’excellence de la série animée, le film narre avec un humour noir, irrévencieux, grotesque mais diablement efficace une aventure rocambolesque de la famille Simpson profondément divertissante.

    simpsons.jpg simpsons picture by blabla-series

    Motel ***
    Servi par deux acteurs convaincants et finalement très attachants, ce snuff movie quelconque a su effrayer avec simplicité et efficacité et ainsi dépasser son genre gratuitement gore.

    motel.jpg picture by blabla-series

    Paranoïak **
    Un thriller sans réelle saveur, correspondant davantage à une version série B d’American Pie, qui plombe son ambiance en scènes convenues de teen-movie.

    Paranoiak.jpg picture by blabla-series

    La Fille coupée en Deux **
    Une satire faussement sociale qui irrite par tant de bavardage et de perversité.

    lajeunefillecoupeendeux.jpg picture by blabla-series

    3 Amis 0
    Un film vieillot et désuet qui démontre un réalisateur caricatural, convenu et pèpère et ses trois vrais amis plus pathétiques qu’attachants.

    3amis.jpg picture by blabla-series

    La Vengeance dans la Peau ***
    Un épisode final à la hauteur du reste de la trilogie, voire meilleur. D’un rythme effréné, évitant les dialogues en trop et les scènes creuses du genre, le film s’empare rapidement et activement de son sujet et conclut majestueusement la mission de ce Jason Bourne en quête d’identité.

    vengeance.jpg picture by blabla-series

    La Vérité ou Presque *
    Un thème sur la vérité en guise de fond parfaitement inutile, ce nanar français tordu et insensé permet de mieux comprendre l’ancienne mauvaise réputation du cinéma français : nombriliste, sage et moralisateur.

    veritoupresque.jpg picture by blabla-series

    Ratatouille ****
    Une histoire originale et envoûtante, un vieux Paris authentique, une palette de personnages irrésistible, un graphisme irréprochable, un message intelligent à la clé, grâce à ces quelques ingrédients simplement réunis, ce dernier Pixar s’inscrit directement dans la lignée des plus grands Disney.

    ratatouille.jpg picture by blabla-series
    Lien permanent Catégories : xCritiques Cinéx Imprimer Pin it!
  • Dead Like Me - Résumés - Saison 1

    Pilot – 1.01 (diffusé le 27.06.03)
    George, 18 ans, déprime complètement. Rien ne semble l'atteindre. Ne trouvant aucun sens à sa vie, elle a arrêté ses études à la fac. Et c'est sous la pression de sa mère qu'elle commence à bosser dans une grande entreprise. Un travail des plus ennuyants ! Mais le destin a décidé de lui réserver une surprise aujourd'hui.

    Dead Girl Walking – 1.02 (diffusé le 04.07.03)
    George tente de fuir ses responsabilités de faucheuse, mais elle va découvrir que ses actes ont des conséquences terribles sur les âmes qui ne sont pas libérées avant le rendez-vous fatal...

    Curious George– 1.03 (diffusé le 11.07.03)
    George a du mal à tirer un trait sur son passé. Elle ne peut s'empêcher de retourner dans la maison de ses parents. Sa famille lui manque terriblement et elle a envie de rétablir le contact avec eux...

    Reapercussions – 1.04 (diffusé le 18.07.03)
    Intervenir pour empêcher une personne d'avoir son rendez-vous avec la mort peut avoir de fâcheuses répercussions. C'est ce que George va apprendre à ses dépens ! Sauver une vie peut en coûter plusieurs autres.

    Reaping Havoc – 1.05 (diffusé le 25.07.03)
    George réalise que, même non-morte, elle a besoin d'amis. Amis qu'elle n'a jamais eu de son vivant ! Elle s'interroge alors à savoir quelle personnage de son entourage pour remplir ce rôle. Un collègue de travail ? Ou l'enthousiaste Betty qui a le don de mettre les gens à l'aise ?

    My Room – 1.06 (diffusé le 01.08.03)
    Accablée par le départ de Betty, George voit une nouvelle faucheuse prendre place dans le groupe. Arrivée tout droit de New York, Daisy n'hésite pas à s'incruster dans l'appartement de la jeune fille et accapparer la salle de bain et le lit... Au Happy Time, Dolores, qui recherche quelqu'un pour son équipe de bowling, impose le choix de George à tout monde.

     

    Reaper Madness – 1.07 (diffusé le 08.08.03)
    George fait la connaissance d'un jeune homme qui souffre de schizophrénie. Il peut voir les gravelings et s'aperçoit que George les voit aussi. Lorsque leurs chemins se croisent à nouveau, il décide de tenter sa chance et de flirter avec elle. Rube est furieux en apprennant que George a sympathisé avec un humain. D'autant plus que celui-ci les soupçonne d'entretenir des liens avec la Mort. Leur secret est-il mis en péril ?

    Cook – 1.08 (diffusé le 15.08.03)
    Après s'être chargée de l'âme d'une dame âgée, George culpabilise de laisser le chien de celle-ci sans maître. Elle décide bon gré mal gré de s'en occuper. Mais à l'appart, Daisy refuse de laisser le chien entrer prétextant qu'elle est allergique... Rube, quant à lui, doit s'occuper du cuisinier du resto avec lequel il venait de sympathiser...

    Sunday Mornings – 1.09 (diffusé le 22.08.03)
    Alors qu'il accompagne Georgia, chargée de récupérer une âme sur le campus universitaire, Mason arrache une jeune étudiante des griffes d'un garçon trop entreprenant. Georgia se découvre vite des affinités avec cette jeune fille prénommée Charlotte. Roxy, de son côté, est aux prises avec un SDF qui se montre particulièrement agressif.

    Business Unfinished – 1.10 (diffusé le 29.08.03)
    Daisy entend profiter du décès de la richissime Mary Kate Hourihan pour extorquer de l'argent à son fils Matthew. Pour mettre son plan à exécution, elle embarque Georgia et Mason dans l'aventure... L'humeur agréable de Roxy laisse présager que quelque chose ne va pas. Elle, habituellemnt si grognon !

    Bicycle Thief – 1.11 (diffusé le 05.09.03)
    Lassée de prendre le bus, George décide se s'acheter un vélo. Mais comme son actuel salaire ne lui permet pas de s'offrir un tel cadeau, elle accepte un emploi mieux payer. Bouleversée par la nouvelle, Dolores décide néanmoins de respecter les traditions et d'organiser une fête en l'honneur du départ de Millie. Après s'être chargée de l'âme d'un peintre, Daisy embarque une de ses oeuvres. Quant à Mason, il fait la connaissance d'un couple d'homosexuels.

    Nighthawks – 1.12 (diffusé le 12.09.03)
    Rube convoque Mason, Daisy et Roxy pour leur faire passer un test d'auto-évaluation. Pendant que ces amis s'efforcent de répondre aux questions, George ne trouve pas le sommeil. A force de tourner, elle décide de prendre son vélo et d'aller faire un tour.

    Vacation – 1.13 (diffusé le 19.09.03)
    Comme chaque année, les Lass partent en vacances près du lac. C'est la 1ère année qu'ils y vont sans George ! Reggie souffre de l'absence de sa grande soeur ; d'autant plus que ses parents ne s'entendent plus. Une ambiance prometteuse pour des vacances. Les sépulcres ayant pris une journée de vacances, il n'y aura pas mort aujourd'hui. Rube en profite pour mettre son équipe à contribution pour faire du classement.

    Rest in Peace – 1.14 (diffusé le 26.09.03)
    Aujourd'hui est une jour spécial pour Georgia. C'est le premier anniversaire de sa mort ! Alors que sa famille s'apprête à lui rendre un dernier hommage en inaugurant la pierre tombale, George se rend au Happy Time où elle demande à Dolores de lui donner une seconde chance. Mais celle-ci refuse catégoriquement de la réembaucher.

     

     

    Lien permanent Catégories : Episodes Imprimer Pin it!
  • Samantha Who? - Review - Critique - Pilot - 1.05

    Beyond its title, I have no quibble with this well-made,

    sly, heartwarming and at times giddily funny show.

    Crée par Donald Todd, Cecelia Ahern (Ugly Betty, Girls on the Bus)
    Diffusion sur
    ABC
    Series Premiere
    le 15 octobre 2007
    Format 30mn
    – 13/22 épisodes

    Cast
    Christina Applegate (Jesse, Friends), Barry Watson (What about Brian, 7th Heaven), Melissa McCarthy (Gilmore Girls), Kevin Dunn (Bette), Jean Smart (24, In-Laws), Tim Russ, Jennifer Esposito (Related, Spin City )

    Show Synopsis
    Sam est une jeune femme qui se réveille complètement amnésique, oubliant donc qui elle était, après avoir passé huit jours dans le coma à la suite d'un terrible accident. Alors qu'elle repart à zéro, elle découvre qu'elle n'était pas une personne sympathique et qu'elle était considérée comme une garce. En effet, elle était narcissique et ne s'impliquait jamais dans ses relations. Sam doit donc maintenant lutter entre sa volonté d'être plus gentille et sa tentation d'être plutôt antipathique comme avant. Trouver le juste milieu ne s'avère pas du tout évident.

    hq_007.jpg picture by blabla-series

    Critique

    A l’heure de cette review très tardive, Samantha Who ? a connu le succès, les bonnes critiques et même la certitude d’une saison entière.  Après seulement cinq épisodes diffusés, il est difficile de faire mieux.

    En ce qui me concerne, la série Samantha Who ? m’a également conquis. Après diffusion du pilot, un grand vent d’enthousiasme me traversa. Entré comédie classique mais attachante et série sympathique à suivre assidûment, mon sentiment était à ce point partagé. Après ces cinq épisodes, la conquête est entérinée : Samantha Who ? fait parti de mes favoris de l’année.

    Bien que pas vraiment révolutionnaire ni très véritablement original, le sujet me plaisait, il faut le dire, plutôt beaucoup. Si Jesse n’était pas une série à rester franchement dans les annales, si les apparitions de Christina en guest star dans les series à succès ou dans certains films dont la qualité peut s’avérer bien douteuse ne méritaient pas qu’on s’y attarde très longtemps, il fallait cependant reconnaître que Christina Applegate est une actrice populaire au capital sympathie intact depuis Married With Children.

    hq_003-1.jpg picture by blabla-series

    Revoir Christina Applegate tenant le leading role d’une série qui plus est, comique, était donc une chose plutôt alléchante. Je la trouve amusante, pétillante et toujours attachante, c’est un guilty pleasure personnifié.
    A ce niveau donc, Samantha Who ? remplit aisément son contrat. Christina Applegate interprète une Sam drôle et naïve/cruelle et hilarante qui porte à elle-seule la série et son intérêt initial.

    Mais grâce à une galerie de personnages loufoques, excentriques et au final très intéressants, Samantha Who ? peut se vanter de dépasser la dimension « série créée pour X ».
    La série fait en premier lieu la part belle aux parents de Sam, entre une mère hystérico-dépressive à tendance mi-bourgeoise, mi-ménagère et un père pantouflard, compréhensif un brin bêta, la combinaison est efficace : le fameux trio fonctionne à merveille. Les amies de Sam sont aussi le second pilier du show, entre une meilleure amie bitchy à souhait, égocentrique et surfaite et une seconde meilleure amie fictive, plus gentille et bonne pâte que sa principale rivale, elles forment toutes les deux la personnalité révolue et révélée de Sam.
    N’oublions pas : Samantha, c’est une jeune femme sûre d’elle, tyrannique, infidèle, alcoolique, capitaliste, superficielle, égoïste et cynique essayant de devenir dévouée, compréhensive, généreuse, solidaire, attentionnée et altruiste. Pari très difficile.
    Le reste est agréable, malgré un certain tempérament à l’égard du petit-ami, Barry Watson est très bien mais son personnage a un côté lisse qui me déplait, je n’ai jamais suivi What about Brian (for Pete’s sake !) mais je sens la transition trop abrupte et opportuniste.

    mazesamantha.jpg picture by blabla-series

    En outre, ce qui fonctionne indiscutablement dans Samantha Who ?, c’est le caractère cliché et assumé du ton et des personnages, grossir le trait était une solution appropriée et le show a vu juste en l’utilisant gaiement ! Les scènes ne révolutionnent pas le genre, les dialogues ne sont l’originalité incarnée et les trames les plus inspirées du siècle, mais les répliques fusent, le rythme est effréné et les scènes joviales ; devant Samantha Who, le temps passe vite et le divertissement a un effet très positif sur nous !

    Pourtant, j’ai du mal à considérer la série comme une sitcom, elle ne tombe pas dans la catégorie de The Big Bang Theory ni de Back to You car aucune des véritables caractéristiques de la sitcom n’est ici employée. La série se contente à la manière d’un 30 Rock, d’un format comédie, d’une ambiance comédie et d’un thème comédie teinté, il faut le dire, de quelques nuances dramatiques appréciables.
    Ainsi la série évite les défauts inhérents au genre, ceux qui me font généralement m’enfuir loin de ma télé, et profite activement de ses atouts : une trame profondément de bonne humeur, un format court mais efficace qui apaise le sériephile avide de produits.

    En conclusion, la recette est bonne, Samantha Who ? est une réussite à tous points de vue. Bien qu’il n’ait pas grand-chose à dire, à commenter ou même à analyser avec ferveur, cette charmante comédie agit efficacement : on passe de très bons moments et l’idée d’une saison intégrale de network (sous réserve de tout ce que l'on sait, hein ! Go Writers !) me fait saliver d’avance.

     

    samanthawhoo.jpg picture by blabla-series
    Lien permanent Catégories : Critiques, Samantha Who? Imprimer Pin it!
  • Side Order of Life - Critique - Review - Saison 1

    “This warm and fuzzy show could grow on you”

    Crée par Margaret Nagle
    Diffusion sur
    Lifetime
    Series Premiere
    15 juillet 2007
    Saison 1 achevé
    Format 42mn-
    13 épisodes

    Cast
    Marisa Coughlan (Boston Legal), Jason Priestley (Beverly Hills, 90210, Tru Calling, Love Monkey), Diana-Maria Riva (The West Wing, Studio 60, The Loop), Christopher Gartin.

    Show Synopsis
    Avec un emploi de photographe pour un magazine, un fiancé de rêve et une meilleure amie fidèle, Jenny McIntyre pense être sur la bonne voie pour se construire une vie heureuse. Une série d'événements l'amènent cependant à se remettre en question et à revoir ses priorités.

    Critique
    Alors que « State of Mind » aux allures plus alléchantes, déçoit sévèrement, l’autre série estivale de Lifetime, Side Order of Life a su rehausser le niveau en en proposant une histoire simple et touchante, à la fois amusante et légere, grave et émouvante.

    Pourtant, ce n’est pas au vu du synopsis, plutôt classique et quelconque que l’enthousiasme pouvait être de rigueur. Heureusement,  ladite nouvelle série a su faire taire les préjugés cruels de sériephiles.

    Jenny a tout pour être heureuse, talent, réussite, amour, amitiés, ses problèmes existentiels ne sont que frivolités et elle en est forte consciente. C’est avant tout sur un ton léger et joyeux que la série débute : Jenny dans sa vie parfaite de tous les jours.
    Il est vrai que sans le tournant dramatique, que l’on pouvait sentir émerger plus ou moins subtilement, Side Order of Life se présentait comme une série facile, aussi sympathique qu’insignifiante, à visionner d’un œil distrait.

    Mais Side Order of Life bénéficie de quelques atouts. Son casting féminin tout d’abord, la pétillante protagoniste et sa délurée de meilleure amie, offrent un jeu successivement cocasse et touchant. L’annonce du cancer de Vivy, la fameuse meilleure amie, fait l’effet du bombe dans la vie de Jenny.  Remettant peu à peu en question son existence et son bonheur, elle comprend rapidement que son mode de vie ne lui convient pas tant que ça, que son parfait fiancé n’est peut-être pas l’élu, que son métier n’est peut-être pas si ambitieux, et que ses envies, entre autres d’écriture et de photographie, ont besoin d’être concrétisées, elle réalise qu’elle a besoin de davantage, de plus intense et de différent.

    La série est également aidée par le mélange comédie-drama, mélange que la série a su parfaitement mettre en œuvre. La série semble également emprunter un style pittoresque et imagé, notamment à travers les illuminations de Jenny, lui servant de guide pour sa nouvelle vie à venir. Et si la série demeure foncièrement classique, usant de procédés scénaristiques simples voire habituels dans ce genre de séries, ce ton métaphorique original lui permet une légère distinction.

    L’aspect général s’avère par conséquent assez sympathique, bien que trop centré sur l’héroïne, la série pourrait s’améliorer en approfondissant certains personnages comme Vivy, au potentiel indéniable ou en développant la storyline « Jenny et le mystérieux homme  du téléphone », storyline qui présente un intérêt supplémentaire non négligeable.

    La série demeure une bonne surprise.

     

    Lien permanent Catégories : xBrilliant But Cancelledx Imprimer Pin it!
  • Back to You - Review - Critique - Pilot et suivants

    Back to You is back to TV comedy basics:

    multiple cameras, live audiences but, mostly, laughs.

    bty.jpg picture by blabla-series

     

    Crée par Christopher Lloyd (Frasier, Out of Practice, Bram&Alice) et Steven Levitan (Stark Raving Mad, The Saddle Club, Just Shoot Me)
    Diffusion sur
    FOX
    Series Premiere
    - 19 septembre 2007
    Format 30mn -
     13/22 épisodes

    Cast

    Patricia Heaton (Everybody loves Raymond), Kelsey Grammer (Frasier), Ty Burrell (Out of Practice), Ayda Field (Studio 60), Fred Willard (A Minute with Stan Hopper, Maybe It’s Me), Josh Gad (ER), Laura Marano (The Sarah Silverman Program).

    Show Synopsis
    Dans les années 1990, les journaux télévisés locaux dans la ville de Pittsburgh étaient dominés par une équipe, celle de Chuck Darling et Kelly Carr. Il y avait une véritable alchimie entre eux, du moins à l'écran. Il en était tout autre dans les coulisses: Kelly était une véritable mademoiselle "je sais tout" et Chuck était souvent trop directif. De ce fait, lorsque Chuck a quitté son poste pour rejoindre un journal national, il n'a pas été regretté.

    Quelques années plus tard, Chuck est évincé du journal auquel il participait et voit donc sa carrière s'effondrer après que l'une de ses tirades hors caméra se soit retrouvée sur Internet. Il reçoit alors un appel de la chaîne locale de Pittsburgh qui souhaite qu'il revienne travailler avec Kelly. Il accepte de suite et fait la connaissance de ses nouveaux collègues dont Ryan Church, le directeur de l'information qui est toujours en stress. Il retrouve aussi de vieux amis comme Marsh McGinley, le très affable chroniqueur de la rubrique Sports, et Gary Crezyzewski, le reporter terrain. Mais il y a surtout les retrouvailles avec Kelly, qui est maintenant une mère célibataire qui élève sa fille de 10 ans Maggie. Il y avait de la magie entre eux dans le passé, en sera t-il encore de même une dizaine d'année après ? (source : www.serieslive.com

    backtou.jpg picture by blabla-series

    Critique

    Back to You s'inscrit dans la lignée des sitcoms traditionnelles de la télévision américaine ; des rires enregistrés, des plans fixes, des décors peu révolutionnaires et parfois aux apparences très cartonnées, des jeux très stéréotypés, et quelques intrigues du genre remis rarement au goût du jour.

    En dépit de cette énumération de défauts plus ou moins éculés, Back to You tire son épingle du jeu. Si évidemment, elle demeure ancré dans le genre de la sitcom très classique, on peut néanmoins dire qu'elle réussit à parfaitement s'en accommoder.

    Les plus grands atouts de Back To You ? Son duo d'acteurs au talent notoire, qui parvient constamment à exagérer, grossir le trait, amuser et se jouer du format même du show. Mais ce qui s'avère le plus plaisant dans Back to You, c'est la dimension professionnelle de la série, le duo de journalistes qui s'aime autant qu'il se méprise, le monde du studio, bien que déjà très surexposé à travers les deux brillants 30 Rock et Studio 60, de l'information et de la présentation télévisée. C'est avec une grande joie que l'on retrouve une sitcom classique à souhait qui renoue avec les grands noms du genre de l'époque pré-Friends. Evidemment, la présence de Frasier n'est pas non plus étrangère à cet heureux sentiment.

    Pour autant, Back to You tente sans cesse d'élargir son format et accessoirement son public. S'il parvient à amuser, distraire et faire rire comme il faut grâce aux pitreries des deux présentateurs et à ses acolytes plus ou moins brillants, Back to You tente également une percée du côté soap-drama. Effectivement, la sitcom bien que fortement positionnée sur le principe fondateur de la sitcom, essaie à plusieurs niveaux de dépasser son genre initial, notamment en introduisant une storyline amoureuse entre Chuck et Kelly, une trame sur la paternité potentielle de Chuck, etc …

    Même si pour certains, cet enième tentative n'est pas de très bon gôut, il faut reconnaître elle n'en demeure pas moins inefficace, s'ajoutant à la liste des intérêts potentiels de la série.

    En conclusion, Back to You est une série plaisante, divertissante, devant laquelle il n'est pas rare de mourir de rire. Elle instaure une situation des plus classiques, jouant avec les ingrédients du genre de manière très approprié et très réussie. Si certains gags paraissent à la limite du douteux, elle ne demeure pas moins agréable, joviale et divertissante. En dépit de cet aspect feuilletonant proche de la dramédie, pas vraiment indispensable et qui enlève un tantinet au show sa dimension si authentique, Back to You reste à regarder de temps à autre avec un intérêt à ne pas négliger.

    btyy.jpg picture by blabla-series
    Lien permanent Catégories : xCrappy and Cancelledx Imprimer Pin it!
  • The Comeback- Review Générale - Critique - Saison Unique

     

    Crée par Lisa Kudrow et Patrick Michael King (Sex & The City)
    Diffusion sur
    HBO

    Series Premiere 5 juin 2005 – Series Finale 4 septembre 2005
    Série annulée (1 saison).
    Format 30mn- 13 épisodes

    Cast

    Lisa Kudrow (Friends), Damian Young, Robert Michael Morris (Brothers & Sisters, Will & Grace, Arrested Development, How I met your mother), Malin Akerman (Entourage), Laura Silverman (The King of Queens, The Sarah Silverman Program), Robert Bagnell et Lance Barber (Gilmore Girls)

    Show Synopsis

    Ex-vedette d'une célèbre sitcom des années 90, intitulée « I’m It », Valerie Cherish espère renouer avec le succès. Elle accepte d'être suivie par des caméras pour une émission de télé-réalité « The Comeback » à travers laquelle le public pourra découvrir la comédienne au quotidien, que ce soit chez elle ou dans sa nouvelle série « Room and Bored ». Lorsqu’elle apprend qu’elle jouera le rôle d’une tante déjantée et peu glamour, Valérie tente tant bien que mal de garder la tête haute. L’émission « The Comeback », elle, montrera cruellement le contraire.

    Critique

    L’arrivée de The Comeback était signe de grands espoirs pour l’amateur de séries. Produite non seulement par Mr Sex & The City, sur la chaîne la plus réputée du paysage audiovisuel américain, la chaîne à péage HBO, jouée principalement par, n’ayons pas peur des mots, le Friend le plus talentueux de la série phare : Lisa Kudrow, le potentiel de la série était donc indicible.

    Pourtant, malgré de bonnes critiques, The Comeback n’a pas dépassé le cap de la saison 1.  
    La sévérité d’HBO, surtout en matière de comédies, le caractère novateur du show, que l’on retrouve aujourd’hui dans le brillant The Office et qui présente chaque épisode sous un angle documentaire, filmant les personnages de manière instable et réaliste, des audiences qui ne dépassent pas le correct, tout cela ajouté au monde impitoyable des séries, ont contribué à l’arrêt prématuré du show The Comeback.

    13 épisodes étant suffisants pour juger de la réelle qualité d’une série, on peut décemment affirmer que The Comeback est une série culte, audacieuse, novatrice et inspirée grâce au jeu de maître de la grande Lisa Kudrow.

    473c2f798d890563af9b76e6b36e8ea7.jpg

    L’atout majeur voire unique, mais suffisant, de The Comeback est Lisa Kudrow qui tombe juste dans l’interprétation de cette actrice de sitcom un peu oubliée qui tente de repercer après quelques années d’absence et qui se voile la face sur son improbable seconde réussite. La nouvelle génération, et notamment des actrices écervelées à peine majeures lui ont volé la vedette,  Valerie devra alors se contenter d’un second rôle et d’un personnage vieux jeu et aigri "Aunt Sassy". Mais Valerie est forte et ambitieuse, d’un courage sans égal, elle ne se démoralise pas, en acceptant un rôle ingrat et physiquement peu flatteur (le fameux jogging rose pastel) et poursuit sans relâche son travail d’actrice, plutôt bon il faut le dire.

    0908c2ef8a0539f26b41dc8e62e7a278.jpg
    Malheureusement, c’est l’émission de real tv « The Comeback » organisée autour de Valerie et de sa nouvelle série « Room and Bored », qui décrédibilisera l’actrice. Essayant à tout prix de garder la tête haute devant la caméra du matin jusqu’au soir, jouant l’actrice experte et expérimentée, les coups durs humiliants de Valerie, le dédain de l’équipe de production et de la chaîne à son égard, l’hostilité qu’elle suscite chez les scénaristes, le rejet de chacune de ses propositions, son rôle dégradant et l’indifférence générale démontrent une actrice en déperdition, peu prise en compte, peu écoutée et finalement totalement négligée.

    Ainsi, alors que l’on s’amuse initialement des frasques de cette actrice sans cesse enjouée et enthousiaste, on en vient à avoir de la peine pour ce personnage avant tout profondément humain et son envie de bien-faire et à compatir sur son sort, un tantinet mauvais. Une compassion toujours plus forte,  The Comeback n’hésitant pas en effet à jouer la carte de la cruauté, ridiculisant chaque épisode un peu plus cette pauvre Valerie Cherish, ce qui d’ailleurs, il faut le souligner, frôle parfois avec le dérangeant.

    9becf1cda89b0720b9f2b49864f5e801.jpg
    Valerie n’est pourtant pas qu’une actrice ratée, avide de succès et de reconnaissance, Valerie Cherish est avant tout une actrice humaine et passionnée, qui souhaite avant tout renouer avec le succès d’hier et s’entourer d’une équipe unie et soudée, à l’image de sa seule réussite, I’m It, qu’elle éleva en piédestal. C’est ce qui la rend profondément aimable.

    Contre tous, Valerie peut néanmoins compter sur le soutien de ses quelques proches : son compagnon, Mark, tendrement surnommé Marky-Mark, un homme d’affaire serviable qui accepte la présence permanente des caméras sans trop rechigner et qui se montre toujours disponible pour écouter Valerie et assister à l’enregistrement de ses shows,  l’actrice principale de la sitcom également, qui bien que totalement superficielle et idiote, voue à Valerie une tendre admiration de jeunesse, qui permet ainsi à cette dernière de se sentir parfois existé au sein du plateau et pour finir, the last but not least le fidèle coiffeur de Valerie, un homosexuel sexagenaire extraverti un brin dépassé mais qui admire Valerie pour sa carrière et sa personnalité. 

    f977b5b83eb4e9bce84d98033819ce0d.jpg

    Cette cruauté et cet acharnement parfois risible, parfois désolant permet avant tout une vision à la fois juste et satirique sur le monde du show business et notamment de la real tv vue comme opportuniste, détestée et détestable et sur le traitement, ô combien avilissant des acteurs jugés finis. Dans The Comeback abordant l’air de rien la propre histoire de cette Friend reconnue, Lisa Kudrow règne en maître, et nous confirme son talent incommensurable d’actrice de comédie.

    6a50221fb4a41bbfba4b299e7ddabcc1.jpg
     
    Lien permanent Catégories : Critiques, The Comeback, xBrilliant But Cancelledx Imprimer Pin it!
  • The Comeback - Résumés - Saison 1

    The Comeback – 1.01 (series premiere)  (diffusé le 07.08.05)
    Ex-vedette d'une célèbre sitcom, Valerie Cherish espère renouer avec le succès. Elle accepte d'être suivie toute la journée par des caméras pour une émission de télé-réalité où le public pourra découvrir la comédienne au quotidien, que ce soit chez elle ou au travail. Valerie doit aujourd'hui se rendre aux studios pour tourner le pilote d'une comédie qui pourrait être lancée à la rentrée prochaine. Mais tout ne se passe pas comme prévu...

    4a31740312673ad5c2466c0091a9c9a6.jpg

    Valerie Triumphs at the Upfronts – 1.02 (diffusé le 15.08.05)
    Le pilote de Room and Bored a été accepté par la chaîne. Valerie et ses partenaires doivent débuter la promotion de la série qui débute par une séance photo. Malgré ses tentatives pour figurer avec l'ensemble du cast, Valerie se voit contrainte par le photographe de se tenir en arrière-plan. Plus tard toute l'équipe se rend à New York pour la présentation aux Upfronts mais Valerie s'aperçoit qu'elle n'a pas droit au même traitement que les autres acteurs.

    ff683738bb99af8511272d5e751d457c.jpg

    Valerie Bonds with the Cast – 1.03 (diffusé le 22.08.05)
    Toute l'équipe se retrouve pour la lecture du prochain épisode. Valerie s'aperçoit que Aunt Sassy, son personnage, a très peu de répliques comparé à celui de Juna. Pour se rapprocher de ses partenaires Valerie leur propose qu'ils déjeunent tous ensemble mais Juna ne se pointe pas au rendez-vous.

    45d2af46d0faf14c3429530ceb23b911.jpg

    Valerie Stands Up For Aunt Sassy – 1.04 (diffusé le 29.08.05)
    Si Tante Sissy déteste les animaux, ce n'est pas du tout le cas de Valerie qui adopte un adorable petit chiot sans se douter qu'il va lui causer bien des problèmes. Valerie se bagarre également avec les scénaristes pour qu'ils lui réécrivent une réplique à l'humour vraiment douteux.

    5cdb8db16afd1f829f50587ca422a3ce.jpg

    Valerie Demands Dignity – 1.05 (diffusé le 05.09.05)
    Quand elle tombe sur un magazine annonçant la mort de la télé-réalité, Valerie veut épicer son show sans tomber dans le sensationnel. La production lui affuble alors une assistante de très petite taille qui tourne également sa propre émission de télé-réalité.

    fb603274c9ad6d2d151f3219989d577c.jpg

    Valerie Saves the Show – 1.06 (diffusé le 12.09.05)
    L'audience du premier épisode de Room and Bored  est catastrophique. Valerie essaie de remonter le moral des troupes. Un soir, elle apporte des cookies aux scénaristes et les surprend en train de se moquer d'elle.

    54c146f3eff96009e4e960590dda6291.jpg

    Valerie Gets a Very Special Episode – 1.07 (diffusé le 19.09.05)
    Valerie est toute excitée à l'idée d'avoir un épisode de Room and Bored entièrement centré sur son personnage. Elle veut même convaincre son "grand ami" Tom Selleck de jouer le rôle du petit ami de Tante Sassy.

    a1a4d999743da4e1f2d1a13d3b7f5656.jpg

    Valerie Relaxes in Palm Springs – 1.08 (diffusé le 26.09.05)
    Alors que la production travaille sur une nouvelle version de Room and Bored, Valerie s'autorise un petit week-end à Palm Springs avec son mari. Mais difficile de se détendre quand le portable n'arrête pas de sonner et qu'une caméra vous colle aux fesses 24h/24.

    d50dc244774c8c0686118a1466d429b1.jpg

    Valerie Hangs with the cool Kids – 1.09 (diffusé le 03.10.05)
    Valerie accompagne Franchesca et une camarade de classe dans un magasin où Juna dédicace son CD. Pendant ce temps, l'équipe de Room and Bored menace de faire grève quand deux nouveaux comédiens sont engagés.

    230f148769eb08fed6c3443e0de69732.jpg

    Valerie gets a Magazine Cover – 1.10 (diffusé le 10.10.05)
    Pour gérer la promo de son émission, Valerie se met à la recherche d'un attaché de presse... homosexuel. Mais elle était loin de s'imaginer que la seule couv' qu'il lui trouverait serait pour un magazine de Yoga. Et la voilà partie dans la zen attitude !

    d9c1b99c1a52094b8ddd542f5bc78460.jpg

    Valerie stand up on the Red Carpet – 1.11 (diffusé le 10.10.05)
    Valérie et l'équipe de Room and Bored apprennent que la série est nommée plusieurs fois pour la cérémonie des People Choice Awards. Mais avant de faire sa Diva sur le tapis rouge, Valerie doit résoudre un problème crucial : le choix de la robe ! Une chose est sûre, Valerie porte merveilleusement bien le décolleté plongeant et ne se gêne pas pour le montrer.

    a61da2ebb4f10276bb690a1c8541f1f4.jpg

    Valerie shines under stress – 1.12 (diffusé le 10.10.05)
    Alors que son émission de télé-réalité va bientôt passer à l'antenne, Valerie découvre qu'elle n'a que trois répliques à dire dans le prochain épisode de Room and Bored. Les scénaristes se font remonter les bretelles et écrivent pour Valerie une scène comique où elle est censée se casser la figure déguisée... en petit four géant !

    bc4398815f6cbd4d97f4f12a0d6e4302.jpg

    Valerie does another Classic Leno – 1.13 (series finale) (diffusé le 10.10.05)
    Valerie organise une 'chocolat party' pour fêter le lancement de son émission. Mais lorsqu'elle visionne avec ses invités le premier épisode du "Comeback ", elle est tout simplement horrifiée. Ridiculisée, montrée sous son plus mauvais jour, Valerie découvre que la télé-réalité n'a qu'un but : l'humiliation. Bien décidée à mettre un terme à cette mascarade, elle veut profiter du talk-show de Jay Leno pour dire tout ce qu'elle a sur le coeur.

    11f97862d9fd5bea0d592768c212867b.jpg
    Lien permanent Catégories : Episodes, The Comeback Imprimer Pin it!